Fugace amour

Tristesse littéraire d’un amour lunaire
Le bel enfant est dans ma tête
Paré pour me plaire
Ver luisant, collé comme un épithète
Trou virtuel d’un sentiment mortel
Qui rend compte d’une impression naissante
Palpant des délires nourris
Par la gloire de tes désirs assouvis
La raison est au fond une vaste plaisanterie
Qu’aucun de nous ne veut comprendre
L’âme est une bien plus belle aventure
Ouverture sur un incommensurable futur incontrôlable

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *